Inclure les activités existantes

Provence Grand Large a été conçu de manière à intégrer les activités existantes et à préserver son environnement naturel.

Une implantation à l’écart des enjeux de sécurité et environnementaux majeurs et qui préserve les activités

Entre 2011 et 2013, la Préfecture Maritime, le Grand Port Maritime de Marseille, le Comité Régional des Pêches, la Prud’homie de pêche de Martigues, les associations locales de protection de l’environnement, les gestionnaires d’espaces naturels tel que le parc naturel régional de Camargue et les associations de plaisanciers se sont réunis avec l’équipe projet afin d’identifier une localisation compatible avec les activités existantes. Après avoir étudié successivement une demi-douzaine de sites possibles ont été notamment écartées les options qui se rapprochaient trop près du chenal d’accès au grand port ou du parc national des Calanques alors en cours de création. C’est finalement un site, situé à plus de 17 km au large de Port-Saint-Louis-du-Rhône, en limite des eaux territoriales et à l’écart du trafic maritime principal, qui préserve la pratique des activités de pêches locales et de navigation professionnelles comme de plaisance à l’intérieur du parc, qui a été retenu. Les mesures de sécurité maritime mises en œuvre (balisage maritime et aérien sur chaque éolienne, émetteur AIS) garantiront la sécurité des usagers de la mer.

Le futur parc et les activités de navigation, de pêche et de loisirs : une cohabitation assurée

Un fonctionnement bien intégré

Lorsque le parc sera en activité, le Préfet Maritime de la Méditerranée arrêtera des règles de navigation et d’usages autour des éoliennes et le long du câble les reliant entre elles. A noter : l’ensouillage du câble entre le parc et la terre permettra le maintien des activités de pêche, chalutage compris dans tous le secteur, sauf à proximité immédiate et entre-les 3 éoliennes du parc pilote.

Dans l’avenir, les éoliennes joueront très certainement un rôle de Dispositif de Concentration de Poissons, dit « de réserve » de poissons. Un suivi de la ressource, déployé en partenariat avec la pêche locale, sera mis en œuvre pour s’en assurer. Par ailleurs, du côté des activités de loisirs, le développement d’activités d’éco-tourisme industriel autour des éoliennes pourrait être envisagé. L’équipe développe également des liens avec les adeptes du kite-surf, très présents sur les plages des environs.