Un site propice

Les trois éoliennes seront installées au large du Golfe de Fos. Si le choix de ce site correspond aux enjeux identifiés, il est aussi le résultat d’une concertation menée auprès des acteurs locaux.

Une zone, de multiples atouts

La zone qui accueillera les 3 éoliennes est située au sein de la zone dite de « Faraman » définie par l’Etat en 2015 et à l’issue d’une vaste concertation sur l’ensemble de la façade méditerranéenne, comme propice au développement de projets éoliens flottant pilotes. Elle se trouve à 17 km au large de la plage Napoléon, elle-même située sur la commune de Port-Saint-Louis-du-Rhône. Cette zone réunit de nombreux atouts pour accueillir ce projet pilote :

  • Des fonds marins atteignant 100 mètres et la possibilité d’aligner les trois éoliennes de façon à limiter à moins de 1km2 leur emprise sur le domaine maritime.
  • La présence d’un vent fort et régulier, attestée par la réalisation d’études menée sur plusieurs années par des professionnels reconnus ;
  • Des infrastructures portuaires de qualité et une proximité avec le réseau électrique, permettant d’effectuer facilement les opérations d’installation, de maintenance et de raccordement avec le réseau électrique national ;
  • A l’écart des enjeux environnementaux majeurs et compatible avec les activités humaines et les usages de la mer, comme l’ont confirmé plusieurs années d’études environnementales.

Une localisation définie à l’issue d’une vaste concertation

La localisation précise a été définie en juin 2013 à l’issue d’une concertation, engagée dès 2011 par les équipes de Provence Grand Large. Elle a mobilisé environ 300 personnes, représentant les autorités, l’armée de l’air, la marine nationale, les acteurs de la mer (pêche, navigation, loisirs, armateurs, autorités portuaires), les élus, les collectivités, les institutions de l’économie et de l’emploi, les associations environnementales et citoyennes, les habitants et la communauté scientifique intéressée. Ces échanges ont permis d’examiner l’ensemble des options possibles, de prendre en compte les avis et les recommandations, avant de valider collectivement le choix de la zone d’implantation. En 2015, le caractère propice de cette zone a été confirmé par l’Etat, suite à une concertation menée à l’échelle de l’ensemble du Golfe du Lion. Puis, en 2017, la concertation règlementaire engagée en raison des évolutions du projet, en présence d’une garante nommée par la Commission Nationale du Débat Public, a de nouveau confirmé ce choix.