Un levier de croissance

Un atout pour le renouvellement de la Zone Industrialo Portuaire de Fos-sur-Mer

Depuis les années 2000, les évolutions touchant certaines des activités qui ont marqué l’histoire de la ZIP, en particulier dans le secteur des énergies fossiles, ont rendu nécessaire la recherche et le déploiement de nouveaux relais de croissance. En parallèle, les besoins en production d’énergies renouvelables ont fortement augmenté. Dans ce contexte, les projets d’innovation, dont le projet de parc pilote Provence Grand Large, font pleinement écho aux ambitions territoriales.

Dès l’origine, rassembler les entreprises locales autour du projet

Les acteurs locaux ont immédiatement souligné un enjeu clé à leurs yeux : favoriser les retombées du projet au bénéfice du territoire. Ainsi, sur le plan de l’économie et de l’emploi, dès 2014, le groupe de travail spécifique, intitulé « mobiliser les entreprises locales autour du projet » a été créé. Il réunit l’équipe projet, les partenaires industriels, les différents représentants de l’économie et de l’emploi ainsi que les collectivités territoriales.

L’objectif : leur faire connaître le projet et les besoins suscités par cette nouvelle filière afin qu’ils puissent se préparer et saisir les opportunités en temps voulu. En 2015, ce groupe avait lancé plusieurs actions, notamment un forum des entreprises. De nouveau réuni en juin 2017, puis en février 2018, le groupe de travail a depuis élaboré une feuille de route pour favoriser la participation de l’écosystème régional aux futures consultations dans le cadre du déploiement du projet. Une mobilisation qui se poursuit dans la durée : le 28 mai 2021, de nouvelles rencontres avec les entreprises du territoire étaient organisées par la CCIAMP, le Pôle Mer Méditerranée et la Métropole Aix-Marseille-Provence.

Démultiplier le potentiel : préparer les diplômés de demain

En parallèle, des actions ont été menées auprès des écoles et universités de la Région pour préparer les formations permettant de répondre aux emplois de demain : ingénieurs, techniciens de maintenance. Une ambition qui s’est notamment concrétisée avec l’ouverture en 2020, au sein de l’Ecole Centrale de Marseille, du premier Mastère spécialisé dans le secteur de l’éolien offshore et de l’ingénierie marine.