Métiers mobilisés

La filière des Energies Marines Renouvelables représentait en France début 2018 plus de 2 650 emplois (ingénierie, spécialistes des enjeux environnementaux, développement de projets). En augmentation de 26% sur une année, ce chiffre traduit le fort dynamisme de la filière et le potentiel important de la France.

.

Des emplois locaux

Provence Grand Large permettra la création d’une dizaine d’emplois locaux pérennes à fort niveau de qualification pour assurer la maintenance du parc éolien tout au long de ses 20 années d’exploitation.

En amont, lors de la phase chantier, une centaine de personnes seront nécessaires, notamment dans les métiers de la construction mécanique, de la logistique et de la gestion de sites : logisticiens, levageurs, manutentionnaires, gardiennage, entretien…

Un Groupe de travail « mobiliser les entreprises locales autour du projet » a été mis en place dans le cadre de la concertation réalisée autour du projet. Ce Groupe de travail réunis les acteurs locaux de l’emploi, de la formation et de l’insertion. Il vise à accompagner la création d’une filière innovante sur le territoire.

 

Construction et assemblage du parc éolien flottant

Avant d’être acheminées en mer, les flotteurs seront construits et les éoliennes assemblées à quai. Cette opération se déroulera sur le quai Gloria, en Darse 3 des bassins Ouest du Grand Port Maritime de Marseille Fos. Des études techniques et le travail de concertation avec le comité de liaison, les collectivités locales, le GPMM et les Port-Saint-Louisiens ont permis de confirmer l’intérêt de ce site. Il dispose en effet d’un foncier important et est doté d’un quai déjà aménagé et exploitable. Son tirant d’eau permet d’assembler et de mettre à l’eau le flotteur, qui est ensuite amarré pour accueillir les éléments de l’éolienne. Le quai se trouve par ailleurs à l’écart du trafic maritime principal, limitant ainsi les interférences.

La maintenance du parc éolien

Un parc éolien en mer nécessite d’assurer des opérations d’exploitation et de maintenance quotidiennes : cela implique de disposer d’infrastructures portuaires et de moyens de transport. Ces infrastructures consistent en une plateforme par laquelle transitent le personnel spécialisé, les outillages, pièces détachées et consommables utilisés en mer. Elles rassemblent un bâtiment technique, un local administratif et une zone bord à quai et un appontement, permettant l’amarrage du navire de transfert. Cette base de maintenance sera implantée sur le site de la centrale EDF de Martigues, en utilisant les infrastructures existantes pour capitaliser sur les atouts de ce site emblématique de l’histoire du pays martégal. Une dizaine d’emplois dédiés aux activités de maintenance de ce parc seront créés.