Comprendre l'éolien en mer

Les 3 éoliennes du projet pilote Provence Grand Large font partie de la famille des éoliennes dites « offshore », littéralement « au large des côtes ». Comment fonctionnent-elles ? Quelles sont leurs spécificités par rapport aux éoliennes "fixes" ou posées traditionnelles ?

Comment fonctionne une éolienne en mer ?

Le vent fait tourner les pales de l’éolienne, qui entraînent un générateur. Celui-ci transforme l’énergie mécanique absorbée par le rotor en énergie électrique selon le principe d’une dynamo. La principale différence entre les modèles marins et terrestres tient à la nature des fondations, qui fixent l’éolienne au sol ou sur les fonds marins. Si leur aspect est identique, les conditions de fonctionnement diffèrent puisque les éoliennes en mer doivent résister à la corrosion, à des vents très puissants et aux fortes pressions exercées par les masses d’eau. L’électricité produite est ensuite transportée grâce à un câble sous-marin puis souterrain, jusqu’au poste de raccordement électrique installé, lui, sur terre.

Vue d'un parc éolien "fixe" ou posé en mer
Crédits : EDF Energies Nouvelles.

 

Quelle est la particularité des éoliennes flottantes ?


Les éoliennes en mer posées et les éoliennes en mer flottantes utilisent deux supports très différents. Les premières sont directement fixées sur les fonds marins, selon des techniques variables, alors que les secondes sont installées sur une fondation flottante (communément appelée « flotteur »), elle-même reliée au sol par des systèmes d’ancrage distincts. Le flotteur et son système d’ancrage sont donc deux technologies spécifiquement développées pour les éoliennes offshore flottantes. Par ailleurs, les éoliennes flottantes sont entièrement assemblées au port et leur installation ne nécessite pas d’importants travaux de génie civil, ni de recourir à des navires spécialisés.

Reproduction 3D de l'éolienne flottante Provence Grand Large 
Crédits : SBM offshore 

Quel est le potentiel de l’éolien flottant, au niveau mondial ?


La solution développée sur le projet Provence Grand Large permet à la fois de limiter l’emprise nécessaire et de positionner les éoliennes à grande distance des côtes, quand la profondeur des fonds augmente. C’est le cas en Méditerranée, mais aussi en Atlantique, au Japon, sur la côte ouest des Etats-Unis entre autres. Au niveau mondial, la nécessité de recourrir à l’ensemble des options disponibles en complément des technologies déjà existantes (éolien terrestre, éolien offshore posé, photovoltaïque...) est largement avérée. Avec un potentiel de l’ordre de 7 000 Gigawatts, correspondant à la consommation électrique de toute une partie des habitants de la planète, l’éolien flottant est une technologie très prometteuse. Sa prochaine arrivée à maturité ouvre de grandes perspectives.


Représentation du potentiel de l'éolien au niveau mondial. 
  Sources : Siemens-Gamésa